Les facteur des Inca

Les Chemins de l’Empire Inca ont été construits pour les pieds des chasquis, des transporteur de messages, des colis et aussi de la nourriture comme du poisson et des fruits.

Ces routes sont connues dans le monde entier … surtout celle qui mène au Machu Picchu.

L’Empire Inca comptait environ 10 à 12 millions d’habitants au XVe siècle, occupait une grande partie de la côte ouest des Andes et afin de contrôler l’ensemble du territoire, ils construisaient un réseau de routes pour diffuser des informations et des produits. Ce réseau de routes s’appelait « Qhapaq ñan » ou « Capac ñan » en quechua ce qui signifie grande route et ils l’appelaient aussi « Inca ñan » ou chemin des inca.

Chaque ville avait des chasquis entre 18 et 25 ans, ils travaillent entre 6 – 12 heures par jour dans les postes qui leur étaient assignés.

Chaque section d’environ 2 km. il y avait une aire de repos, une cabane rustique appelée tampu, chuclla ou tambo, où il y avait même des services d’hébergement

Il y avait 2 techniques pour transmettre un message. L’un était la série de cordes colorées et nouées qui ont servi à l’administration. Récemment, certains chercheurs disent que la couleur et l’emplacement des nœuds peuvent signifier des phrases et pas seulement des chiffres. L’autre technique était verbal, où les chasqui passaient le message en le répétant plusieurs fois, si le prochain chasqui avait difficile pour rappeler le message ils couraient une section ensemble jusqu’à ce que l’autre chasqui s’en souvient.

Comme les Incas, les Aztèques avaient des messagers. Les Romains et les Grecs avaient un système similaire.

Vu l’importance des chasquis, tous les hommes, étaient formés depuis l’enfance. Ils devraient connaître touts les chemins, leurs raccourcis et être des bons nageurs.

C’est pourquoi les historiens considèrent l’Empire Inca comme un territoire pour les piétons.

Dans notre epoque c’est très facile et pratique pour communiques, avec WhatsApp, téléphone portable, email, … mais ce n’est rien d’admirable comme au temps des messagers et des pigeons migrateurs. Nous vivons dans une époque où touts est si facile, mais en même temps, les gens se plaignent et s’ennuient plus que jamais. N’en fais pas partie. Marchez, lisez, parlez et ressentez cette connexion avec la Pacha Mama (la terre mère) que nous pouvons tous avoir.